Deux trouvailles à la Médiathèque

Deux trouvailles à la Médiathèque

(février 2021)

Lors de travaux réguliers d’inventaire des fonds patrimoniaux, nous avons découvert deux ouvrages singuliers, issus du fonds Sernin du nom de son généreux donateur, médecin à Narbonne et qui a légué toute sa bibliothèque au XIXe siècle.

Le Livre des poisons

Les commentaires de M. Pierre Andre Matthiole medecin senois, sur les six livres de Ped.

Dioscoride Anazarbeen de la matiere medecinale,

Paris, Roville, 1572.

1Ce livre est un parfait exemple du transfert des connaissances au fil des siècles. C’est un répertoire de la science médicale et botanique sous forme de commentaires de Dioscoride. De nombreuses planches botaniques illustrent cet exemplaire.

Au Ier siècle ap. JC, le médecin et apothicaire grec Dioscoride, considéré comme le père de la pharmacologie, écrit un document majeur sur la botanique et ses remèdes associés.

L’ouvrage est traduit en français et commenté par Pierre-André Matthiole, médecin botaniste du XVIe siècle. Matthiole y ajoute ses observations sur les plantes, les animaux, les minéraux et leurs remèdes. Il y présente notamment la composition de potions contre les poisons.

Ce livre est appelé vulgairement le Livre des Poisons.

 

2

Le Premier Livre de chirurgie esthétique

De curtorum chirurgia per insitionem, libri duo… / Gaspare Tagliacozzi Bononiensis.

Venetiis, apud Gasparem Bindonum juniorem, 1597.

3

L’auteur est un médecin italien du XVIe siècle connu pour être le premier à s’intéresser à la chirurgie faciale et en particulier à la rhinoplastie, et comme tel, considéré comme le précurseur de la chirurgie plastique et réparatrice.

Cette édition originale est ainsi le premier texte de chirurgie plastique dans l’histoire de la médecine.

L’auteur expose également les problèmes de soins post-opératoires et complications survenues, telles que l’hémorragie et la gangrène, fréquentes lors de ces opérations. Enfin, il explique comment cette technique pourrait être utilisée aussi pour réparer d’autres parties du visage (lèvres, oreilles).

À partir du XVIe siècle, la rhinoplastie est très courante à la fois comme remède contre la difformité grotesque du « nez de selle » causée par la syphilis et comme solution aux blessures résultant de duels.

Cette technique fut même encore pratiquée pendant la Première Guerre mondiale pour réparer « les gueules cassées ».

Divisé en deux parties, le volume présente d’abord la physiologie du nez puis décrit et illustre les instruments et les procédures opératoires pour la restauration du nez, de la lèvre et de l’oreille.

L’auteur explique les principes de l’intervention, présente les indications et les contre-indications ou explique encore le processus de cicatrisation.

4

Numérisation des deux documents en cours.

Cet article, publié dans Manuscrits, Patrimoine écrit, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s